Et vous concrètement, vous faites quoi ?

Et vous concrètement, vous faites quoi ?

En quête de sens

 

 

Vous avez remarqué ?

De plus en plus de gens s’interrogent sur le sens de ce qu’ils font. Et ils ont raison.

 

homme voie lactée-slide pano

Car ce monde marche de plus en plus sur la tête.

Certains jeunes diplômés se rendent malheureusement compte lors de leur premier emploi et parfois après des années d’études, que le milieu dans lequel ils évoluent n’est finalement pas fait pour eux. C’est triste mais salutaire néanmoins car le plus tôt est le mieux pour changer de voie.

C’est ce qui est arrivé à Guillaume Gibault (ne rigolez pas), fondateur de Le Slip français (j’vous avais dit de ne pas rigoler !). Après de brillantes études à HEC, vient le temps du premier poste… Il ne lui aura fallu que quelques mois dans la finance pour se rendre compte qu’il n’était pas à sa place… et démissionner pour créer son entreprise Le Slip français : elle vend des sous vêtements de qualité, tous fabriqués en coton et dans des ateliers uniquement français.

Il avait envie de concret, de participer à la relocalisation de l’économie, d’un job plus aventurier, et ayant du sens ! Aujourd’hui, ce jeune trentenaire blagueur cartonne. Son slogan ? : « Vous voulez changer le monde ? Commencez par changer de slip ! ».

EnQueteDeSens_v3Partout, des personnes sont en quête de sens. Lassées d’avoir le sentiment de ne servir à rien, ou de faire quelque chose qui ne leur apporte rien ou qui ne rime à rien existentiellement parlant.

Vous avez peut-être vu l’excellent documentaire portant justement ce titre « En quête de sens » de Nathanaël Coste et Marc de La Ménardière, sorti en 2015 ?

Ce film est l’histoire de deux amis d’enfance qui ont décidé de tout quitter pour aller questionner la marche du monde. Nathanaël filme Marc qui travaille dans le marketing à New York, mène la grande vie et son rêve américain avant d’être frappé d’une prise de conscience brutale au sujet de la vacuité de ce qu’il fait, du manque (voire absence) de sens de son job.

Ils finissent par faire un road-trip sur de nombreux continents : en Inde pour trouver notamment Vandana Shiva, voir un chaman en Amérique du Sud, une prof de yoga dans les Andes… bref, reprendre contact avec la Terre et discuter avec des personnes ayant une interaction concrète avec le monde et mettant leurs talents au service d’une cause utile et des autres.

Loin du « rêve américain » que vivait Marc à New-York, la reconnexion avec la nature, très présente dans le long métrage, a de son propre aveu « reformaté son disque dur ».

 

 

Bullshit jobs

 

 Vous avez sûrement déjà été démarché par téléphone ?

 

 

homme-qui-cherche-le-sens-avec-une-loupe-man300x212

Sens ? où es-tu ?

 

Vous savez quand l’interlocuteur vous appelle à midi, parle comme un robot sur un brouhaha infernal, veut vous vendre un truc que vous n’avez pas demandé et que vous raccrochez plus ou moins poliment…

Ces jobs en sont la parfaite caricature mais font hélas partie des bullshit jobs (jobs à la con). C’est un fléau polymorphe des temps modernes. Mais bien que d’apparences variées, ils ont plusieurs caractéristiques communes : ils sont principalement dans le tertiaire, sont souvent impossibles à définir en 1 phrase, quand ce n’est pas tout bonnement que la société pourrait s’en passer

Des journées abrutissantes, des tonnes de tableaux excel ou de cases de formulaires administratifs à remplir sans en voir le but ou la fin, des réunions fréquentes et vides de résultat, des sigles à gogo dans le langage de vos collègues, une pléthore de termes anglais pour faire plus hype et créer un langage d’initié (mais aussi une indigestion au quotidien), des crises d’ennui liées à l’absence de tâches (bore-out) ou de sens de votre travail (brown-out)ou tout simplement si vous ne comprenez pas ce que vous faites… sont tous des symptômes qui devraient vous alerter !

L’équipe d’acteurs belge du plan Joker a tourné en dérision les jobs à la con lors d’un spectacle de Kaleidoscope Théâtre. Ils ont carrément poussé le bouchon ! Jouant aux hommes politiques dans cette fiction sarcastique, ils ont inventé un Plan Joker dont le but est d’offrir à chacun le droit au travail pour abolir ce fléau du chômage. Cela débouche forcément sur des jobs à la con juste pour occuper les gens… A mourir de rire !

 

Un manque de concret

 

 

cadres-en-quete-de-sens_full_dossierTrès souvent, ces jobs manquent de concret et de sens : de vie en somme !

Voici le témoignage de Jean dans un article de Lorraine de Foucher, pour le journal Le Monde : « Il a fait une prestigieuse grande école en trois lettres, pour aller contrôler la gestion d’une société de transports en quatre lettres. « Le matin, quand j’arrive, il y a un ordinateur éteint. Le soir, quand je finis ma journée, c’est à nouveau un ordinateur éteint, ce n’est pas comme un boulanger, ou un charpentier, je n’ai rien fabriqué », explique ce cadre de 38 ans.

« Je mets des chiffres dans des cases, et je compte. Parfois, je compte même les cases pour m’amuser. C’est quand même fou le nombre de cases qu’il peut y avoir dans un tableur Excel », feint-il de s’extasier. Il se moque de sa propre ­condition mais, pour l’heure, il continue de regarder passer les trains. Peur du chômage ? De gagner en sens de la vie mais de perdre en niveau de vie ?« , finit de conclure l’auteur.

C’est drôle… aux USA, je viens de voir un reportage sur une société qui a eu l’idée du siècle : livrer de l’essence partout où on les appelle et même à domicile … Waouh, je dois dire que j’ai applaudi des deux mains cette initiative vitale pour l’humanité et l’avenir du monde ! (est-il nécessaire de préciser que je plaisante ?) Et quelle opportunité transcendante pour le livreur d’exprimer son unicité dans ce monde ! A coup sûr c’était un job du Plan joker !

hand-76738_1920D’ailleurs, c’est bien ça qui rend fou aujourd’hui… Car l’impossibilité d’un individu à s’exprimer, à exprimer son identité unique dans le monde conduit inévitablement à une crise existentielle. Cet état de non-expression de lui-même engendre une souffrance, un écartèlement de son Etre profond, un sentiment de vide et au final une recherche de sens. CQFD.

La seule solution de chaque personne dans cette situation est de redevenir acteur et responsable de sa vie en décidant de lui donner une direction et en faisant des choix en accord avec ce qu’il est, avec ses valeurs, ses priorités.

Hélas, ces derniers temps, on observe que certains préfèrent abandonner le combat de la quête de sens dans leur travail en créant un système de rentrée d’argent sur internet pour vivre en dehors…

 

 

Le travail virtuel vs réalité

 

 

cultiver photoPartout, je vois donc des gens se lancer dans des sites web, des blogs dont l’unique but est de rapporter de l’argent via des pubs ou des produits numériques vendables à l’infini… et faire de l’argent « tout seul ».

Je sais, je vais faire ma grand-mère de service (mais c’est utile des fois ;-))… J’aimerais poser une simple question à ces gens : s’il y a une éruption solaire qui bousille tout l’électronique (et ce n’est qu’une question de temps) et qu’il n’y a plus d’internet pendant un bon moment, vous faites quoi ?

Que savez-vous faire de vos dix doigts ?   eyes-312093_640

C’est la question très simple que s’est posée Marc de La Ménardière quand il a découvert la Fondation de la recherche pour la science, les technologies et les ressources naturelles de Vandana Shiva.

Alors qu’il regarde tous ces indiens s’affairer à planter, récolter, transformer pour d’abord manger et également recueillir des graines pour recommencer leurs cultures l’année d’après… il se demande ce qu’il sait faire concrètement pour vivre.

Sa conclusion est sans appel… C’est alors qu’il est pris d’une frénésie de mettre ses mains dans la terre, d’aider au travail des champs et de faire quelque chose de concret. D’ailleurs, à son retour, il a enfoncé le clou en se formant au maraîchage biologique.

Faut-il le rappeler ? Les besoins fondamentaux pour un humain sont : boire, manger, se vêtir, se loger. Bien sûr, il y a d’autres besoins (aimer, se divertir …), mais ceux que je viens d’énumérer sont les bases vitales.

Vous êtes-vous déjà demandé si vous possédiez au moins une compétence permettant de satisfaire un de ces besoins ? Ou participez-vous à une activité qui contribue directement ou indirectement à quelque chose d’essentiel à la collectivité ? A l’amélioration du monde ?

Est-ce que votre travail vous rend heureux et fier ? Est-ce que votre travail permet au monde de bénéficier de votre unicitéSi vous deviez mourir demain, est-ce que vous continueriez à faire ce que vous faites ? Si votre réponse vous insatisfait ou vous laisse inconfortable, il y a probablement quelque chose à revoir dans votre vie

Plus vous serez en quête de sens et plus vous aurez besoin de vous rapprocher

du résultat concret de votre action, pour qu’elle soit réelle et visible pour vous.

Malheureusement, les évolutions actuelles du travail tendent vers plus de fonctions intellectuelles et coupent du sens des réalités et de l’essentiel.

C’est pour cela que des tas de gens « pètent » les plombs comme le raconte Hélène de Foucher dans son article : « Plutôt que d’accepter que « ça sera vraiment ça toute notre vie »ils déploient alors des trésors d’inventivité pour aller chercher ailleurs un sens qu’ils ne trouvent plus. Il y a trois ans, Anne s’est lancée dans des études de sociologie. Pour nombre de ses ­congénères, cela se traduit par une avalanche de reconversions artistiques, de tours du monde, ou d’entrepreneuriats en tout genre, du miel bio à la chaussure péruvienne.« 

Voilà aussi le cas  de « Simon » relaté dans un article de Adrien Barbier (Monde Académie). A 25 ans, il vient de débuter une formation d’installateur sanitaire en alternance, deux ans après avoir obtenu son diplôme de Sciences-Po Paris.

Point de départ de cette reconversion, l’envie de « mettre les mains dans le cambouis». « Je ne me voyais pas passer mes journées derrière un ordinateur» ,explique ce jeune homme bricoleur. S’il n’a rien d’un marxiste chevronné, Simon n’en assure pas moins vouloir, par sa démarche, «se réapproprier les processus de production»

Réapprendre à faire des choses simples alors que, d’après lui, «la technologie nous dépasse tellement qu’on ne prend même plus le temps de la comprendre». Les cas de diplômés de grandes écoles qui se reconvertissent sont de moins en moins rares. Surtout lorsque, la trentaine venue, ils se lassent d’expériences professionnelles qu’ils jugent déconnectées des réalités quotidiennes.

En 2015, selon une étude APEC, 14 % des jeunes diplômés de niveau bac+5 ou plus disent avoir vécu un changement significatif d’orientation professionnelle dans les deux années suivant l’obtention de leur diplôme. « Un phénomène non négligeable », écrit l’Association… On ne compte plus les ingénieurs ou autres détenteurs de diplômes supérieurs en école de commerce, qui deviennent paysans, boulangers, fleuristes, bouchers…

« Notre civilisation s’est construite depuis 200 ans sur une vision matérialiste et mécaniste du monde. Cette vision a séparé l’homme de la nature, le corps de l’esprit, et nié la dimension intérieure et le mystère de la vie. Elle a érigé la compétition comme une loi naturelle, l’avidité comme une qualité bénéfique à l’économie, l’accumulation de biens matériels comme finalité de l’existence… ». Marc de la Ménardière

A côté de ça, beaucoup savent que nous entretenons un système basé sur un grand mensonge : « consommer ne rend pas heureux ». Nathanaël Coste

 

 

Alors, et vous concrètement, vous faites quoi ?

 

coeur reconversion 5

Comment savoir qu’il faut faire autre chose de sa vie ?

Comment savoir qu’il faut faire autre chose de sa vie ?

steve-jobs-300x225«Quand j’avais 17 ans, j’ai lu une citation qui disait à peu près cela :

«Si vous vivez chaque jour comme si c’était votre dernier jour, vous ferez certainement les choses bien».

Cela m’a marqué et au cours des 33 dernières années je me suis regardé chaque matin dans un miroir en me posant la question: et si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie est-ce que je voudrais faire ce que je vais faire aujourd’hui ?

Et quand la réponse était non, je savais que je devais changer quelque chose» – Steve Jobs.

Changer de vie ? Comment transformer le « risque » en chance ?

Changer de vie ? Comment transformer le « risque » en chance ?

Vous vous êtes sûrement déjà retrouvé dans une situation bloquée, inextricable, vous rendant malheureux ? Peut-être même que vous la vivez en ce moment ? Vous voudriez que ça s’arrête, trouver une issue ? Mais la peur de l’inconnu vous paralyse.

La peur comme saboteur

Pourtant vous brûlez d’ouvrir la porte pour changer d’air, d’agir pour sortir de cette impasse. Mais comment dire… C’est comme si un hypnotiseur vous avait convaincu que la poignée était brûlante et que derrière il y avait même un trou abyssal qui allait vous engloutir, et plus vous pensez à ce qu’il pourrait y avoir derrière la porte, et plus vous imaginez des monstres, des tireurs d’élites embusqués qui ne vous louperont pas, un alien ? Pourquoi pas après tout, quand notre imagination s’emballe

Dans votre esprit cette peur se traduit en panique.

« Et si je fais ça ? Qu’est-ce que je vais devenir ?…. »

« Oh mon Dieu, je ne peux pas faire ça, c’est trop risqué ! »

On finit ainsi par s’auto convaincre de ne surtout rien changer à notre inconfort qui nous rend pourtant malheureux comme les pierres !

Or le « risque » n’est-il pas de rester dans cette vision des choses et de voir les semaines, les mois, les années filer sans que rien ne change et que votre mal être augmente proportionnellement ?

 

L’ outil radical pour vous faire passer à l’action

Je vous présente ainsi un outil radical pour changer votre point de vue et briser votre plafond de verre. Mon outil, c’est aussi celui de Cyrille de Lasteyrie ! Il a en effet tout compris !

Quand j’ai visionné ce TEDxParis, j’ai trop adoré ! Son truc à lui pour relativiser un « risque » à prendre : penser à sa propre mort ! D’accord à 3000 %, c’est aussi mon truc !

C’est exactement ce qui m’a fait passer à l’acte et prendre ma vie à bras le corps ! Et c’est totalement l’état d’esprit de mon coaching existentiel et du processus de transformation EVEIL que je vous propose afin de briser votre plafond de verre et changer votre vie !

Quand vous n’en pouvez plus de votre vie, arrêtez d’alimenter le mulot dans votre tête avec des scénarios catastrophes et des excuses stériles : regardez objectivement les faits et dépassez vos peurs : vous n’avez pas grand chose à perdre ! D’ailleurs, la vie c’est déjà risqué : la preuve on meurt à la fin ! 😉

Changez votre état d’esprit et le risque devient une chance !